Bernard Anton | Poésie, conte, slam, essai

Bernard Anton
Bernard Anton
Bernard Anton

Artiste

  • Bernard Anton

Biographie

Bernard Anton dit Ben (nom d’artiste) est un professeur, un écrivain, un théologien et un thérapeute.

Il a entrepris très tôt à Montréal des études en art dramatique, en littérature (2e cycle), en pédagogie, en sciences des religions (3e cycle) et en relation d'aide (hypnothérapie avancée).

Il écrit des poèmes et des contes dès son adolescence. Gaston Miron et Jean Royer sont parmi les premiers à apprécier la qualité de son œuvre.

Il enseigne au Québec depuis plus d.une trentaine d'années et fut le premier à publier une série complète de cahiers d’apprentissage, conforme au nouveau programme d'études en français pour adultes (Formation de base continue, FBC).

Il a participé à différents événements culturels (poésie, conte, slam, expositions artistiques) au Québec, notamment dans les Laurentides, et a donné plusieurs conférences sur différentes thématiques : l'environnement, l'amour, le Biopardon MD .

Sa thèse de doctorat est une relecture anthropologique de la dimension curative du pardon. Il préconise une approche humaniste et holistique qui englobe un processus transpersonnel de mieux-être. Ce concept thérapeutique, mis à l'épreuve depuis plus de 25 ans par l'auteur, propose un processus de libération des blessures grâce au pouvoir du pardon.

L'aspect théorique et pratique de cette technique d'intervention est élaboré en détail dans son essai qui porte le même titre et constitue une contribution inédite dans ce domaine. Le vrai sens du pardon est redécouvert avec ses multiples bienfaits.

Publications et mentions

Bernard Anton a publié près de cinquante livres chez différents éditeurs québécois, européens et aux États-Unis (Louise Courteau, Trois, Humanitas, l’Harmattan , Les Impliqués, Marcel Broquet, Guérin). Son œuvre poétique a été saluée par de grands poètes et critiques comme Gaston Miron, Jean Royer, Jean Éthier-Bais, Réginald Hamel, etc. Elle a mérité des honneurs et des prix dans différents concours au Québec (Mention d'Excellence des Écrivains francophones d'Amérique, EFA 2010...) et en France (Concours Europoésie, UNICEF...).

Il a été invité comme juré dans différents Concours et Programmes d'attribution de Bourses de Création littéraire dont celui du Conseil des Arts du Canada. Il préside le Prix de Poésie des Écrivains Francophones d'Amérique, EFA (édition 2016).

Son essai, Plaidoyer pour la Terre et les Vivants, a reçu la Mention d'excellence au Salon du Livre de Montréal (concours EFA 2009). Le dernier chapitre de cet ouvrage a fait l'objet d'une traduction vers l'anglais et a été publié aux États-Unis sous le titre Living Earth (2011). C'est une analyse détaillée du discours des grandes spiritualités qui proposent, à l’unanimité, un agir socio-environnemental écoresponsable.

Ses écrits (poèmes, contes, slam, nouvelles, essais...) témoignent, selon plusieurs critiques, d'une vive prise de conscience et sagesse. Ils prônent, malgré les désordres, voire désastres, une relation harmonieuse avec soi, l'autre et l'univers. Un regard lumineux, scrutateur est posé sur les événements relus au-delà de leur signification première.

Recréation de la langue

Sa langue claire, dynamique, parfois surréaliste, parfois symbolique donne à découvrir des réalités autres. Il saisit avec des images limpides la poésie et l'émotion cachées derrière les choses et les mots.

Ses réflexions réveillent l'âme et font sortir le langage de sa stagnation. Il introduit beaucoup de fraîcheur à la poésie d'aujourd'hui. Ses textes figurent dans plusieurs anthologies et recueils collectifs, et ajoutent lumière et beauté à la beauté du monde.

Ce travail d'épuration de la langue atteint son apogée dans son recueil de poèmes La nacre des mots.

Implication dans la communauté

Très impliqué dans plusieurs mouvements verts, humanitaires et dans la vie culturelle des Laurentides, il fonde Les Ami(e)s du Conte et de la Poésie des Laurentides (ACPL) au début des années 2000 et organise le premier Festival du Conte des Pays-d'en-Haut en 2004 dans le but de promouvoir la langue française, ainsi que l'amour du conte et de la poésie.

Il publie un livre d'art Laurentïdes, suivi de Automnales, recueil de haïkus accompagné d'une centaine de ses photographies des Laurentides.

En 2009, il se présente aux élections provinciales sous la bannière du Parti Vert du Québec.

La justice sociale et le bien-être des citoyens sont au centre de ses préoccupations. Plusieurs de ses livres, dont son recueil de nouvelles Tant que Vie nous habite, traitent d'aspects psychosociologiques.

Ses thèmes

Ses thèmes de prédilection sont : la nature, l'amour, la mort, la joie de vivre, l'art de vivre, le bien-être, la préservation de l'environnement, la spiritualité naturelle (loin de toute institution), la justice sociale, la paix, le pardon.

La qualité de vie des êtres humains monopolise ses intérêts et ses recherches. Ce penseur humaniste averti ne cesse, d'œuvre en œuvre, d'en appeler à un vivre ensemble harmonieux et convivial. Il se tient à la défense des faibles, des pauvres et des petits qui n'ont pas de voix pour se défendre. Ses écrits militent pour la dignité, la solidarité et l'égalité, contre l'oppression et l'exploitation qui font violence aux droits des êtres humains.

Dans son roman épistolaire non-fictif, Lettre à poster, il dénonce les abus de pouvoir de toutes sortes, surtout ceux sacralisés par des autorités religieuses, appelant du coup à une spiritualité ouverte qui transcende toute forme d’institution ou de représentations humaines. Il propose, au terme de son récit-témoignage, une trentaine d'actions innovantes propices à un retour au pattern initial et à l'essentiel.

Le Biopardon MD

Le concept de Biopardon MD (marque déposée), qu'il a créé et élaboré dans son livre qui porte le même titre (éd. Marcel Broquet), met en relief la possibilité d'une rémission de l'organisme grâce à une démarche authentique et plénière de pardon.

Le sens du pardon est élargi ici jusqu'à inclure, en ces temps de postmodernité, le Biopardon MD , c'est-à-dire le pardon biologique qui, avec justesse, met en valeur la dimension thérapeutique et illustre ses éventuelles retombées psychophysiologiques.

Le Biopardon MD , vécu comme expérience transpersonnelle dépassant les frontières de l'être, permettrait de surmonter et d'éliminer les blessures de l'âme, puis en guise de prévention, selon l'interprétation psychosomatique, empêcherait l'état général de la santé de se détériorer.

Plusieurs chercheurs scientifiques (Carl Gustav Jung, Matthew et Stépanie Simonton, Hans Selye, Bernie Siegel, James Pennebaker, Clinique Mayo...), ainsi que plusieurs traditions spirituelles (l'hindouisme, le bouddhisme, l'animisme) entérinent une telle théorie. Chemin de croissance, démarche de transformation et de recréation, le Biopardon MD restitue au pardon sa portée thérapeutique.

L'intervention au niveau psychoaffectif et/ou psychospirituel du Biopardon MD (tout en gardant sauve la prescription de médications et tout suivi médical) contribue à soulager la personne entière. Le cercle vicieux du ressentiment pourrait alors être interrompu et l'évolution du malaise inversée. Le sujet impliqué dans une telle démarche peut sortir du chaos de ses blessures et retrouver un certain mieux-être personnel et collectif.

Le slam

Le genre slam fascine ce poète à cause de sa parole libre, engagée et de sa performance publique. Ses quatre recueils de slam poétique publiés aux éditions l'Harmattan (Paris), Slams de l'âme (2008), Slams polygames (2010), Délires de macadam (2013) et Désordres et survivances (2014) traitent de l'amour, de la mort, de la paix, de l'environnement, du bien-être, de la justice sociale.

Plus de cent vidéoclips de ses slams sont diffusés sur Youtube où sa chaîne a enregistré plus de deux millions de visionnements. Sa discographie compte cinq albums, en référence à ses cinq titre respectifs : Slams de l'âme, Slams polygames, Délires de macadam, Cent celsius et Clas-slam.

Pierre Cadieu (auteur de l'anthologie du Slam poésie du Québec) préface le deuxième recueil de slam de l'auteur avec ces propos (extraits) : « Comme pas un, Bernard Anton (Ben) sait faire parler les mots de tous les jours. Avec eux, il questionne la vie, l'amour et la mort. Il plonge au fond de l'âme. Sa poésie où s'entremêlent le profane et le sacré nous invite à la méditation et à une spiritualité naturelle. Il rend audible cette petite voix, celle du cœur, qui ne s'entend que dans le silence... Le poète nous convie à une célébration de la vie, pour le meilleur et pour le pire. Il est cecapteur de rêves et de réalités qui nous émerveille en s'émerveillant. Il possède incontestablement un sens très sûr du rythme et de la prosodie. En fait, par son verbe fluide, il s'impose comme un virtuose de la langue française. De cette poésie irradie bel et bien une rafale d'images, de sensations, d'impressions, de réflexions et d'évocations. Ce poète du quotidien et des profondeurs nous interpelle sans cesse, nous éveille, nous ramène à l'essentiel. »

Inscrivez-vous au répertoire

Inscrivez-vous au répertoire


?


?


?


?


?


?

Discipline * :

Catégorie * :

[recaptcha]